UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Historique et ancienne classification

Le règne fongique, historique :

Les champignons ont presque toujours intrigué les hommes, mais c'est en 1795 qu'un botaniste nommé Jean-Jacques Paulet (1740-1826) définit la science du champignon comme étant la mycologie.
A cette époque les champignons étaient considérés comme des plantes dépourvues de chlorophylle.

Haeckel (en 1894) découpe le monde vivant en trois règnes : Animal, Végétal, et les Protozoaires. Les champignons sont toujours classés parmi les végétaux du fait de la présence d'une paroi cellulaire et de plusieurs similitudes entre leurs cycles de reproduction et ceux des algues.
C'est en 1969 que Whittaker propose un découpage en cinq règnes : Animal, Champignon, Végétal, Protistes, et Monères (les Procaryotes).
Par la suite Woese (1977) subdivise le règne des Monères en Archéobactérie et Eubactérie.
C'est le même Woese qui en 1990 posera les bases du système actuel découpant le vivant en trois domaines : Eucaryotes, Archéobactéries et Eubactéries (ces deux derniers étant regroupés sous le terme de Procaryotes)
Actuellement ces regroupements sont toujours discutés, ainsi en 2004 Cavalier-Smith a proposé un regroupement en deux empires (eu et procaryotes) et six règnes : Animal, Champignon, Végétal, Chromistes, Protozoaires et Bactéries.

 

 


 

Avec l'avènement de la biologie moléculaire, la classification des organismes vivants a été révisée et modifiée. On utilise maintenant de plus en plus une classification dite phylogénétique (définie sur la base d'homologies de l'ADN).

D'un point de vue phylogénétique les champignons sont classés parmi les opistochontes (organismes à flagelle postérieur) groupe qu'ils partagent avec les animaux.
En ce qui concerne les champignons il est important de savoir que plusieurs groupes d'organismes fongiformes, autrefois rattachés aux champignons, sont maintenant classés à part parmi divers groupes de Protistes. Ils sont, malgré tout, toujours étudiés par les mycologues et relèvent donc toujours de la mycologie au sens large.

 

Ancienne classification des champignons :

Une des classifications les plus répandues est celle d'Ainsworth et Bisby dans leur "Dictionary of Fungi" (1971), bien qu'elle soit aujourd'hui profondément remaniée (9e édition en 2001) on trouve encore des anciennes versions de cette classification dans certains ouvrages.

 

Classification d'Ainsworth et Bisby :

Règne des Fungi :

  • Division des Myxomycota (présentent des plasmodes)
    • Acrasiomycètes
    • Myxomycètes
    • Plasmodiophoromycètes
  • Division des Eumycota (ne présentent pas de plasmode)
    • Subdivision des Mastigomycotina (présentent des spores mobiles : zoospores)
      • Chytridiomycètes
      • Hyphochytridiomycètes
      • Oomycètes
    • Subdivision des Deutéromycotina
    • Subdivision des Zygomycotina
    • Subdivision des Ascomycotina
    • Subdivision des Basidiomycotina

 

Evolutions majeures :

Ce premier règne des champignons comprenait un certain nombre d'organismes qui, par la suite, ont été replacés dans d'autres règnes :
* Les Oomycètes et les Hyphochytridiomycètes qui sont maintenant classés dans les Straménopiles (ou Hétérokontes).
* Les Myxomycota qui sont maintenant classés dans plusieurs règnes.

 

Certains de ces organismes sont dits "organismes fongiformes" et sont toujours étudiés par les mycologues. Notamment les Oomycota qui ont longtemps été classés dans les Mastigomycotina, parfois nommés Phycomycètes dans certaines classifications (= algues-champignons) du fait de leurs ressemblances avec certaines algues. Ce n'est que vers 1990 qu'ils ont été classés à part du règne des fungi.
La principale classe de l'embranchement des Oomycota est celle des Oomycètes qui contient beaucoup de groupes phytopathogènes : familles des Pythiacées, Albuginacées, Peronosporacées ; mais également des espèces pathogènes (Saprolegnia, Pythium). Ces organismes ont une réelle importance économique et certains seront étudiés sur ce site.

Détail de la classification des organismes fongiformes.
 

D'autre part la subdivision des Deutéromycotina a été supprimée de la classification des champignons. Elle est aujourd'hui considérée comme un ensemble artificiel regroupant les formes asexuées des Dicaryomycota, et ne constitue pas un ensemble phylogénétique.
Bien qu'artificiel ce groupe continue souvent à être étudié comme tel car il rassemble de nombreuses espèces couramment rencontrées comme contaminants des produits alimentaires ou autres. De ce fait dans la pratique nous continuons à utiliser les critères de classification des Deutéromycètes comme éléments d'identification de ces contaminants.

 

Retour à la classification actuelle.

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne